Réalité : le nouveau Quentin Dupieux complètement délirant

– Réalité –

Quentin Dupieux

Réalité_Quentin DupieuxSynopsis Télérama : « Jason est un caméraman qui n’a qu’un seul rêve : pouvoir mettre en scène son premier film d’épouvante. Pour ce faire, il se tourne vers Bob Marshal, un riche producteur capable de financer ce projet au scénario insolite dans lequel les télévisions s’en prennent aux spectateurs grâce à leurs ondes. Néanmoins, Bob accepte de produire le film de Jason qu’à une seule et unique condition : trouver le gémissement parfait, celui qui fera date dans l’histoire du cinéma. Jason, qui ne dispose que de 48 heures dans sa quête du geignement ultime, commence à s’entraîner. Mais ses recherches le perdent dans un véritable cauchemar. »

Avis : 9 / 10 : Bon on vous l’accorde : Quentin Dupieux : soit on adore, soit on déteste il ne peut pas y avoir d’entre deux, et nous on se place dans la première catégorie, bien évidement.  Rubber, Steak, Wrong, Wrong Cops, tous les films de Quentin Dupieux (alias Mr Oizo) sont plus barrés les uns que les autres, et Réalité n’échappe pas à la règle. Synopsis complètement perché avec des mises en abime vertigineuses : rêve dans le rêve, film dans le film du film…de quoi nous faire devenir aussi timbré que les personnages du film : Jason (magnifiquement incarné par Alain Chabat) qui part à la recherche du « meilleur cri du cinéma », ou bien encore Réalité, une petite fille qui retrouve une cassette vidéo à l’intérieur d’un sanglier, et bien sur Bob Marshall, le producteur totalement psycho rigide sans oublier le directeur d’école qui se promène en jeep déguisée en femme et le présentateur télé dont le déguisement grotesque de rongeur lui provoque des crises d’ « eczéma intérieur »… Que des situations loufoques, improbables, complètement surréalistes, comme on les aime tant chez Quentin Dupieux. Au départ on suit le parcours de ces différents personnages sans vraiment y comprendre grand chose, et puis ces différents récits finissent par se croiser, mais sans pour autant aider à notre compréhension du film, car plus l’on avance dans le film et plus les mises en abime s’intensifient pour devenir un grand n’importe quoi! Quentin Dupieux signe encore là, un Ovni, un chef d’oeuvre, à la photographie toujours aussi époustouflante (sans oublier la bande son bien évidement, Mr Oizo oblige!)

Maud

 

3 comments on “Réalité : le nouveau Quentin Dupieux complètement délirant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.