Portrait bobo de Rebecca, du one-man show « Cinquante nuances de girls »

12764819_10206870389092117_3837590486182927107_o

Vous vous en souvenez peut-être, il y a quelque temps, nous avions été à la rencontre de Loucky, auteur  du one-man show « T’as beau pas être bobo », joué à La Cible, théâtre intimiste de Pigalle installé dans un ancien peep-show. Figurez-vous que c’est dans ce même théâtre que nous avons rencontré Rebecca, l’auteur et l’interprète de « 50 nuances de girls », un one-man show à l’humour décapant, avec une brochette de personnages tous aussi drôles les uns que les autres. Découvrez sans plus attendre son interview 100% bobo … ainsi que ses adresses coups de cœur dans Paris !

Peux-tu nous présenter en quelques mots ton spectacle « Cinquante nuances de girls » ?

Mon spectacle est un « one-woman show » à personnages. Je fais vivre tour à tour les « girls » qui vont faire basculer le destin d’un mec prénommé Julien. Entre sa petite amie indécise, sa mère castratrice, une agent immobilier et puis…surprise ! Je ne vais pas tout vous révéler non plus. Mes girls, à moi, fouettent avec les mots !

Le fil conducteur ce sont « les girls » d’une manière générale : as-tu envie de faire passer un message de « girl power » ?

Le fil conducteur c’est surtout Julien, ce mec qui se laisse trop faire et qui doit apprendre à dominer sa vie plutôt que se faire dominer. C’est vrai que l’on découvre plusieurs profils de femmes : les trop sûres d’elles, les frustrées , les trop « ouvertes »…et c’est même inter-générationnel avec la fille/ la mère/ la grand-mère. Par contre, elles abusent un peu trop du « girl power », justement. On vit dans une époque où le féminisme est parfois un peu trop poussé et les hommes ont maintenant du mal à trouver leur place. Prendre le pouvoir sur sa vie, oui ! En écrasant, non ! C’est ce message que je souhaite faire passer.

Toutes tes scènes sont-elles inspirées de tes propres expériences ?

Elles ne sont inspirées que de ça ! Sans m’en rendre compte, j’observe tout le temps les gens autour de moi, j’écoute ce qu’ils disent, je capte leurs expressions. Je prends un trait de caractère que je grossis et hop ! j’en fais un personnage. Mais c’est surtout les situations que je trouve loufoques , stupides ou révoltantes qui me poussent à écrire. Mais ne croyez pas, j’en prends aussi pour mon grade ! je « m’auto-dérisionne », à vous de découvrir à quel moment du spectacle…

Parles nous un peu de toi: comment en es-tu arrivée au théâtre ?

Ouh là ! Je vais essayer de synthétiser. Tout a commencé en 5ème. On devait apprendre la première scène du Médecin malgré lui de Molière. Quand j’ai joué devant toute la classe, j’ai eu le droit à un tonnerre d’applaudissements ! Ma prof de français m’a dit : « Rébecca, tu es douée pour ça ! il faut absolument que tu fasses du théâtre !». Et voilà. Je trouvais un sens à ma vie. Cette révélation s’est concrétisée au Cours Simon puis au Cours Jean Laurent Cochet. C’est d’ailleurs grâce au Maître que je décroche mon premier rôle de bonne « cocasse » dans la pièce Tu m’as sauvé la vie de Sacha Guitry que nous avons joué au théâtre de La Pépinière et en tournée. Durant ma formation de comédienne, j’ai découvert que j’avais des aptitudes à faire rire et à donner du bonheur sur scène. C’est ce qui m’a poussé à écrire des sketchs (Elie Kakou a sans doute joué un rôle pour cette vocation…). Je me suis d’abord testée sur les scènes-ouvertes et 2 ans après était né « Cinquante nuances de Girls » que je joue actuellement tous les vendredis à 19h au théâtre La Cible à Pigalle.

Comme tu le sais, nous, on se revendique « bobo », pour toi, qu’est-ce que ça signifie ? Penses-tu avoir une part de bobo en toi ?

Pour moi un bobo c’est une personne très libre et ouverte sur le monde. C’est drôle, la première chose qui me vient à l’esprit quand on parle de bobo, c’est la famille Boulet dans Fais pas ci, fais pas ça. Alors, c’est peut-être un peu cliché, mais je pense qu’ils s’en rapprochent pas mal. En tout cas, je me reconnais en eux quand je regarde les épisodes ! En plus, je n’achète que des produits de beauté bio, je vais au marché 2 fois par semaine dans le 15ème arrondissement, mon quartier! J’y retrouve mon maraîcher préféré qui me vend les fruits et légumes de « ses petits paysans » comme il dit et que j’adore cuisiner ! Je fais du sport en plein air avec Urban Challenge, je sors souvent au théâtre, j’aime dénicher les bars à vins et je circule en Velib. Alors, je crois que je n’ai pas qu’une petite part de bobo…non ?

 

Informations pratiques :

50 nuances de girls

Tous les vendredis de Juin à 19h / Tous les mercredis de Juillet à 20h15 du 6/07/16 au 27/07/16/ Les deux derniers vendredis d’Aout à 21h30, le 19/08/16 et le 26/08/16

Au théâtre La Cible

62 bis Rue Jean Baptiste Pigalle – 75009 PARIS

Métro : Pigalle

***

Et rien que pour vous, Rebecca vous livre ses adresses coup de cœur dans Paris. De jolies découvertes en perspective !

Mes habitudes du 15ème 

  • Michel « le maraîcher », qui vend avec amour et sourire les produits de ses « petits paysans ». Tous les mardis et vendredis matin au marché de la rue Saint Charles dans le 15ème (au niveau du 126, face au crédit agricole).
  • Urban Challenge : Entraînement physique d’une heure en plein air, encadré par des coachs sportifs. Au stade Suzanne Lenglen (métro Balard) et dans de nombreux parcs à Paris (Tuilleries, Bercy, Buttes Chaumont…). http://www.urban-challenge.fr/
  • La table d’hubert : Cuisine « tous faits maison » et à la bonne franquette ! Avec des nappes à carreaux et une déco comme chez mamie… 148 Avenue Felix Faure, 75015 Paris. Tel : 01 45 54 12 26
  • L’Insoumise : Une carte à l’ardoise avec 3 entrées, 3 plats, 3 desserts ,100% faits maison qui respecte les saisons ! Un endroit super cosy avec juste quelques tables, idéal pour une soirée en amoureux. 15 Rue Auguste Chabrières, 75015 Paris.Tel : 01 45 31 08 88

Mes spots terrasse pour boire un verre quand vient l’été :

  • le bar de l’hôtel Three ducks Hôtel qui cache une petite cour atypique avec quelques tables où il fait bon de se prélasser le soir…6 Place Etienne Pernet, 75015 Paris. Tel 01 48 42 04 05
  • La grande terrasse très ensoleillée du Parisian Pub. Centre Commercial Beaugrenelle, 7 Rue Linois, 75015 Paris.

Pour grignoter avant ou après le spectacle :

  • Pi Hour : Le concept de ce restaurant est de choisir sa ou ses parts de pizza (toutes délicieuses…), à partager ou non ! En sirotant un de leur nombreux vins italiens à la carte. 32 Rue de la Rochefoucauld, 75009 Paris. Tel :01 53 16 44 56
  • Pratz : C’est une petite boutique à la fois épicerie fine et cave à vin, où l’on peut consommer sur place la bouteille de notre choix et autres gourmandises en rayon…juste un comptoir et quelques tables vites prises d’assaut ! Mieux vaut réserver. 59 Rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris. Tel : 01 77 10 67 03.

Mon bar à vin coup de cœur ! À paris : 

  • 5e Cru° : niché dans une petite rue tout prés de la cité du monde arabe, les tables en bois donne un charme fou à ce bar qui regorge de bouteilles de vin. Le patron vous demandera vos préférences et vous fera goûter selon celles-ci des vins qui pourront vous ravir. Ici on ne sert pas au cl près ! Un endroit super sympa pour un apéro-dînatoire entres amis (réservez le week-end). 7 Rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris.Tel :01 40 46 86 34

Marine

5 comments on “Portrait bobo de Rebecca, du one-man show « Cinquante nuances de girls »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *