Portrait bobo, d’Hélène, du concept store « Cool Machine »

POCHETTE BARNETT TRANSPARENTE BLANCHE MARLICH

Cette semaine, on est parties à la rencontre d’Hélène, une des créatrices de « Cool Machine » … un super concept store arty pour lequel on a craqué ! Vous venez craquer avec nous ?

1.Tout d’abord, peux-tu nous présenter « Cool Machine » … le concept store arty et créatif ? Quels produits peut-on y retrouver par exemple ?

Cool Machine, c’est un concept store en ligne qu’on a crée en 2015.

Par Cool Machine, au delà du fait de vouloir dire « un concept cool et décalé » ou de proposer « une cool attitude », on a aussi voulu traduire une « machine douce », car dans ce projet,  paradoxalement, on est tout le contraire d’une machine, d’une industrie. On propose une autre façon de consommer qui se rapproche de la « slow consommation ».

Notre univers est influencé autant par le vintage (les années 70/80 surtout) que par l’art contemporain. On y réunit nos coups de cœur en matière de jeunes artistes et créateurs émergents : papeterie, textiles, bijoux, objets déco…On choisit de collaborer avec des gens qui comme nous, plus ou moins, démarrent leur activité, qui sont indépendants ou qui n’en font pas forcément une activité principale. On a envie de faire découvrir aux gens de beaux objets pour le quotidien, avec un intérêt particulier pour l’artisanat, le beau et l’original.

Les pièces que nous vendons sont pour la majorité d’entre elles artisanales et faites main, souvent éditées en quantités très limitées. On a aussi une gamme de vêtements vintage, des chemises à motifs arty. On est de gros chineurs, c’est aussi de là que vient notre envie de partager tout ce qu’on trouve, autant à travers les artistes avec lesquels nous travaillons qu’à travers notre gamme de seconde main.

BOUCLES D'OREILLES LANES CERCLE HELMUT PARIS EN PLEXIGLASS TRANSPARENT ET LAITON (2) CARNETS ATELIER FLEO (7) CHEMISE OVERSIZE BRODEE AQUARIUS FAIT MAIN A PARIS CELIA BRUNEAU (3)

2. Sur le site internet, on y découvre que vous êtes deux à l’origine de Cool Machine : toi et Edouard. Peux-tu nous raconter cette histoire ?

Edouard et moi sommes en couple avant d’être collègues. Il a joué un rôle clef dans la création de ce projet. Je lui ai fait part de mes envies de créer dès notre rencontre. A l’époque, j’étais encore étudiante et je ne savais pas ce que je voulais faire, je savais seulement que j’avais besoin de m’accomplir dans un projet, de m’investir pour moi et pas pour quelqu’un d’autre. Trois ans plus tard, quand j’ai quitté mon CDI, je suis restée plusieurs mois à étudier et à développer mes idées sur papier, mais la peur de me lancer me paralysait. Edouard m’a tout simplement dit : « je crois en toi, en tes idées, si demain tu veux qu’on lance ce projet, on le fait ensemble ! ». Et le lendemain, on se mettait au travail ! Je crois que c’est tout ce dont j’avais besoin, que quelqu’un me dise « allez, viens, on prend le risque à deux ! » Si tu attends d’être totalement prêt, tu ne le feras jamais. Aujourd’hui, Edouard s’occupe plutôt de l’aspect technique du site et moi de l’aspect créatif. Ce qui est super, c’est que nous sommes complémentaires et que chacun essaie d’inclure l’autre dans ses tâches. Je pense que partager son travail est essentiel pour aller dans la même direction.

WP_20160801_17_13_16_Rich (2)

3. Vos produits sont toujours hyper tendance mais à la fois un peu décalés, comment trouvez-vous toute cette inspiration ?

C’est tout bête mais je suis simplement mon instinct. Je reste naturellement en veille sur tout ce qui m’entoure. Puis j’ai un coup de cœur ou je ne l’ai pas. Je me fais confiance et jusque là ça marche plutôt bien ! Je me bloque du temps pour aller de profil en profil sur Instagram, c’est surtout grâce à ce réseau qu’on a pu développer notre concept. Je m’aide aussi beaucoup de Pinterest, ça me permet souvent de constater ce qui me touche et ce vers quoi j’ai envie d’aller. Ensuite les inspirations sont quotidiennes et multiples : un créateur de mode, une architecture, une photo… Je veille toujours à garder une direction artistique pour COOL MACHINE. Un peu comme dans la mode avec les collections, je peux me projeter, je sais déjà ce que je vais proposer dans les mois à venir.

_MG_4323

4. On a tendance à dire que ce n’est pas évident de lancer sa propre marque, tu confirmes ?

Selon mon humeur, je vais te donner deux réponses, haha ! Quand je me sens fière et forte après une bonne journée de travail, je te réponds « quand on veut on peut ! » et c’est vrai. Dans mes journées plus difficiles, je te réponds que oui, ce n’est pas évident tous les jours. Mais vouloir quelque chose très fort, y croire et se faire confiance, c’est déjà une bonne chose pour se lancer, je pense. Ensuite, il faut se donner des moyens, du courage, s’armer de patience et surtout bien s’entourer. En tout cas pour ma propre histoire, je n’aurais jamais pu monter ce projet toute seule.

5. Est-ce que tu crois que les « bobos » peuvent être intéressés par Cool Machine (moi je pense que oui !)

Si par « bobos »  on entend « ouverture d’esprit », « fort intérêt pour l’art et la culture » et « consommer mieux », alors oui je pense que COOL MACHINE peut plaire aux bobos. Dans notre démarche, quelque part, nous le sommes de toute façon. Mais on pense aussi que ces valeurs qui définissent les bobos sont en train de se démocratiser et de toucher un public de plus en plus large et c’est tant mieux.

6. Et la meilleure question pour la fin (ou pas !).  Que penses-tu des bobos ?

Etre bobo, c’est un art de vivre qui nous touche et nous parle, alors nous les bobos,  forcément on les aime bien ! 🙂

SERIGRAPHIE MADISON HOUSE 1 ENCORE SUPER FAIT A PARIS (1)

4 comments on “Portrait bobo, d’Hélène, du concept store « Cool Machine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *