Portrait bobo d’Iris et Xavier, les fondateurs de l’épicerie Kilogramme, la future épicerie zéro déchet

Cette semaine on vous présente une initiative qui a particulièrement attiré notre sensibilité de Bobos : la future épicerie Kilogramme : la première épicerie Zéro Déchet à Paris qui allie vente en vrac, ateliers Do It yourself et petite restauration. Ouverture prévue en septembre prochain, on a déjà très hâte mais pour vous faire patienter on vous propose une interview des 2 fondateurs de ce très beau projet : Iris et Xavier.

1 – Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le concept de l’épicerie Kilogramme ?

Kilogramme, c’est un projet innovant : c’est le seul lieu à Paris à proposer vente en vrac, formation et restauration. C’est ce qui en fait pleinement un lieu où on consomme et on agit en même temps : ici, faire ses courses, c’est agir un peu, pour soi et pour la planète, à son niveau.

Kilogramme en d’autres termes, c’est un lieu qui réunit épicerie Zero déchet, ateliers Do it yourself et une petite restauration de saison.

 

2 – Comment vous est venu l’idée de créer cette épicerie zéro déchet en plein cœur de Paris ?

Iris : J’ai commencé à travailler sur ce projet en septembre 2016. Je pense qu’il est important que chacun fasse ce qu’il est en mesure de faire pour préserver notre environnement et la biodiversité. Côté santé : de plus en plus de personnes, et notamment des jeunes, sont atteints de maladies chroniques (diabète, obésité, cancers…) pour lesquelles les pollutions environnementales, plastiques, pesticides, nano particules, perturbateurs endocriniens – qu’on trouve dans la nourriture, les cosmétiques, et les produits d’entretien et les emballages, jouent un rôle important (cause/aggravation de symptômes). En 2016, j’ai voyagé pendant un mois en France à la rencontre de producteurs locaux, et j’ai réalisé que je voulais m’engager davantage sur ces sujets. J’ai découvert à la même période l’association Générations Cobayes, dont l’objectif est de sensibiliser les 18-35 ans aux pollutions environnementales. Depuis, je cherche continuellement les alternatives écologiques à ces polluants et j’anime bénévolement des ateliers « Do It Yourself » pour sensibiliser les jeunes à ces sujets et les aider à identifier les solutions possibles. Le projet s’est construit et structuré au fil des rencontres et des réflexions, et Xavier m’a rejoint en janvier 2018. Pourquoi Paris ? Parce que je suis une parisienne pardi (une vraie comme on dit – née à Paris, grandit à Paris).

 

3 – Pourquoi avoir choisi le 19ème arrondissement de Paris, et plus particulièrement le quartier de Colonel Fabien, niché entre Jaurès et Belleville (quartier bobo par excellence !) ?

Nous voulions que ce lieu soit dans le 18e, 19e ou 20e, car ce sont des arrondissements dynamiques, qui réunissent une population mixte (bobos et familles plus populaires). Nous serons dans le 19e arrondissement de Paris, au 10 rue de Meaux car c’est ici que nous avons trouvé le local ne nos rêves 😉  Et bingo, le quartier correspond tout à fait à ce que nous cherchions. En effet, je le répète, il est important pour nous d’être dans une quartier mixte, dans lequel vivent aussi bien des familles aisées et que populaires. Car pour nous le bio et zéro déchet c’est pour tout le monde, à la fois en terme de portefeuille qu’au niveau de la sensibilisation. Nous nous appliquerons à respecter une politique de prix qui permettra aussi aux personnes qui n’ont pas beaucoup de moyens de venir faire leurs courses chez nous (tout en rémunérant justement le producteur, attention, pas de low cost chez nous !), et nous avons aussi pour objectif de sensibiliser à ces sujets les personnes qui ne le sont pas encore ! Le 10 rue de Meaux c’est un parfait équilibre entre un quartier bobos et un quartier plus populaire 🙂

4 –  On a tendance à penser que c’est mission impossible de proposer des produits sains, locaux et de qualité à des prix raisonnables, qu’en pensez-vous ?

C’est une sacrée mission c’est certain !  Mais c’est un défi qu’on est prêts et préparés à relever 😉 Sur la sélection des produits (sains et locaux) c’est un travail de longue haleine que nous menons depuis plusieurs mois. Côté prix, concrètement, nous avons choisi de proposer tous les produits de base à des prix compétitifs et accessibles (on diminue nos marges aux maximum) et d’être plus sur des prix d’épicerie fine pour les produits « plaisirs ». Notre objectif est que tous les portefeuilles et les gourmands puissent s’y retrouver. Nous ne serons jamais par contre sur des prix low cost, car il est aussi essentiel de rémunérer justement le producteur pour qu’il puisse lui aussi vivre de son travail.

 

5 – Vous visez quel type de clientèle ? Plutôt bobo ? branchée ? ou simplement des gens du quartier ? D’ailleurs vous en pensez quoi de ce fameux terme « bobo » ?

Si on vous dit « tout le monde », vous allez croire qu’on rêve. Pourtant, on y compte bien, voilà comment et pourquoi.  Dans nos rayons, on veut voir :

Les sensibilisés … Kilogramme s’adresse aux Parisiens qui veulent manger mieux en bas de chez eux, concilier vie urbaine et consommation saine.

…mais aussi ceux qui n’y croient pas : en devenant un acteur du quartier, nous ambitionnons de sensibiliser des familles issues de milieux populaires, qui ne se reconnaissent pas dans les produits bio. Pourquoi ? Parce que ces populations sont les plus sujettes à la mauvaise alimentation.

Plus largement, nous voulons convaincre tous ceux qui ne le sont pas : par exemple, ceux qui  aiment le « fait-maison » mais ne voient pas l’intérêt de l’associer au bio et au local.

Nous mettrons un point d’honneur à informer sur l’origine mais aussi la composition de nos produits, et à démontrer pourquoi c’est utile. Le but : sensibiliser et autonomiser nos clients.  Il est temps de changer les modes de consommation et nous voulons prendre notre part dans le mouvement.

On vise avant tout les gens du quartier avec l’épicerie et la petite restauration, mais tous les habitants d’ile de France sont plus que bienvenus, notamment pour les ateliers. Les bobos on les aime, nous en sommes et on en a bien conscience, mais ça ne fait pas tout un monde 😉

 

6 – Mais l’épicerie Kilogramme ne sera pas qu’une « simple épicerie » puisque vous avez également décidé de lancer des ateliers DIY et de proposer une restauration sur place. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Dans notre épicerie vous trouverez des produits locaux, bio et distribués en vrac :

– Des fruits et légumes de saison, des produits d’épicerie salés et sucrés, des produits frais sélectionnés auprès de petits producteurs locaux.

– Des produits d’entretien écologiques.

– Des produits d’hygiène, tels que des savons, des huiles végétales ou de l’argile.

Mais vous pourrez aussi y faire :

– Des ateliers « Do It Yourself » qui suivent des recettes faciles à reproduire et économiques.

– Des ateliers cosmétiques : fabrication de shampoing, déo, crème hydratante, crème à raser…

– Des ateliers cuisine : composition de repas de saison, équilibrés, diététiques, adaptés à des régimes spécifiques, et économiques…

– Des ateliers produits ménagers : réalisation de lessives écologiques, produits vaisselle…

– Des ateliers complémentaires sur les thématiques ayant rapport à la santé, l’environnement, l’agriculture et la solidarité.

L’objectif est d’apprendre à faire soi-même pour gagner en qualité (produits adaptés à ses besoins, et on sait ce qu’il y a dedans !) et au niveau du porte-monnaie.

Enfin, nous préparons chaque jour de la petite restauration à emporter,avec les produits de la boutique en fin de vie, pour une organisation zéro gaspi, en suivant des recettes bio, de saison, gourmandes, originales et équilibrées.

 

7 – Un p’tit scoop pour nos lecteurs : quelle est la date d’ouverture pour que l’on se rue acheter vos bons produits 🙂 ?

On vise le 20 septembre 2018 ! Mais pour être honnêtes, on est pas à l’abri d’un retard lié aux travaux (car on emménage dans un local tout neuf) alors stay Tuned 🙂

Et jusqu’à vendredi 29 juin, vous pouvez nous filer un coup de pouce pour l’aménagement en participant à notre campagne de crowdfunding

Maud

6 comments on “Portrait bobo d’Iris et Xavier, les fondateurs de l’épicerie Kilogramme, la future épicerie zéro déchet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.