« BlacKkKlansman, J’ai infiltré le Ku Klux Klan », la comédie mordante et engagée de Spike Lee

– BlacKkKlansman, J’ai infiltré le Ku Klux Klan –

Spike Lee

Synopsis Allociné : Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.
En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d’en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le « Grand Wizard » du Klan, David Duke, enchanté par l’engagement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. Tandis que l’enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu’une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d’aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Avis 9/10 : « BlacKkKlansman, J’ai infiltré le Ku Klux Klan », le dernier film de Spike Lee, avait fait grand bruit au dernier Festival de Cannes et lui avait valu le Grand Prix du Jury, notamment pour son impressionnante résonance avec l’actualité et son engagement anti-Trump. Car, même si le film traite de faits historiques, le génie du scénario réside dans les aller et retours que Spike Lee effectue avec la triste actualité américaine, avec notamment des images des émeutes de Charlottesville il y a tout juste un an qui opposa antiracistes et suprémacistes blancs et aboutirent à la mort d’une jeune militante antiraciste. Spike Lee dénonce avec beaucoup d’humour la stupidité des racistes et antisémites, et le film est littéralement habité par cette rage qui fait de ce film un film d’actualité avant tout. Mais même si l’engagement politique de Spike Lee est très présent il n’en oublie pas moins de traiter le sujet avec énormément d’humour, à la fois cinglant et mordant, magnifiquement incarné par les 2 acteurs principaux : Adam Driver et John Davis Washington. Le film incontournable de cette rentrée cinématographique.

Maud

One thought on “« BlacKkKlansman, J’ai infiltré le Ku Klux Klan », la comédie mordante et engagée de Spike Lee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.